Vous êtes ici
Sans télé, on ressent davantage le froid
EAN : 
9782213678672
Parution : 
02/04/2014
312pages
Format :
135 x 215 mm
Prix public TTC: 
18.50 €

Sans télé, on ressent davantage le froid

Comment survivre à une rupture amoureuse ? Comment s’insérer dans une société qui, clairement, n’attend pas les bras ouverts un bac + 5 de sémiologie ? En adoptant une technique de survie simple : la débrouille. Avec un journal de bord hilarant, Titiou Lecoq livre la cruelle réalité de toute une génération, pour qui la vie moderne est jalonnée d’obstacles, dont le premier consiste à sortir de son lit le matin. Se dessine le quotidien d’une jeune femme d’aujourd’hui, qui passe sa vie entre les boulots, les cartons, ses amis précieux et les histoires foireuses. Incapable de survivre sans télé ni ordi. À la recherche du « connard merveilleux », elle teste plusieurs formules (dont un Partenaire Chocapic avec qui partager ses petits-déjeuners). Car elle doit aussi faire face aux nouveaux rapports hommes/femmes : on discute, on boit, on baise. Le lendemain, on se réveille et on réfléchit. Voici la trajectoire décapante d’une trentenaire, depuis le départ de son premier amour jusqu’à la découverte de la vie avec Têtard, son fils. Titiou Lecoq raconte le quotidien de toute une génération. Caustique, drôle, elle décrypte une époque où on ne badine pas avec l’amour. Ni le porno.

Née en 1980, titulaire d’un DEA de sémiotique, Titiou Lecoq est journaliste et tient un blog Girlsandgeeks.com, qui croise les thèmes de l’Internet, du sexe et des chatons. Elle est l’auteur d’un premier roman remarqué, Les Morues (Au Diable Vauvert, 2011).

Ce livre existe en version numérique

DERNIÈRE(S) ACTUALITÉ(S) LIÉE(S) À CE LIVRE

Comédie du livre | La fête du livre de Montpellier

Les littératures nordiques à l'honneur les 23, 24 et 25 mai 2014 à l'occasion de la 29e édition de La Comédie du Livre à...

On en parle...

" Un antidépresseur puissant." Marguerite Baux - Grazia du 4 au 10 avril 2014

 

"Si elle n'était pas si drôle, on adorerait la détester. Trop de talent...