Juliette Adam

Juliette ADAM, Paris, 2020

Juliette Adam est née en 2002. 

Elle a passé son enfance en Bretagne 

et vit aujourd’hui à Paris.

 

Tout va me manquer

est son premier roman.

 

Etienne s’ennuie. Dans le magasin de jouets où il travaille, dans l’appartement où il vit avec son grand-père, dans cette petite ville où il n’y a jamais rien à faire. Partout, il promène sa solitude, et se demande s’il n’est pas en train de passer à côté de sa vie. Alors, lorsqu’il se fait frapper par erreur par une inconnue au cœur d’un carnaval, il y voit un signe. Quelque chose se produit enfin. Quelqu’un l’attend quelque part. A force de la croiser sans cesse, il finira par apprendre son nom. Elle s’appelle Chloé. Il tentera de saisir son caractère inflammable, de dompter son imprévisibilité. Chloé est de celles qu’on ne peut pas vraiment cerner. Qui ne se laisse pas approcher. Constamment à deux doigts d’imploser. Maladroit et rêveur, Etienne n’a jamais vraiment su comment aborder une fille. Pourtant, ils vont se tourner autour. Et, dans un curieux mélange de fantaisie et de noirceur, faire un bout de chemin ensemble.

Présentation

Lecture d'un extrait

 

Nombre de pages : 272

Format :  135 x 215

Prix : 18,00 €

Date de parution : 19/08/2020

 

Thierry Beinstingel

Thierry BEINSTINGEL, Paris,2020

Né à Langres en 1958, Thierry Beinstingel est cadre dans les télécommunications. Il est l’auteur de nombreux romans parmi lesquels :

Ils désertent
(Fayard, 2012, prix Eugène Dabit et Prix Amila- Meckert),

Faux nègres
(Fayard, 2014) 

Vie prolongée d’Arthur Rimbaud
(Fayard, 2016).

Ma grand-mère habitait à Sarajevo, à cinq cents mètres de l’endroit où l’archiduc François-Ferdinand a été assassiné en juin 1914, événement considéré comme déclencheur de la Première Guerre mondiale. À la fin de la Seconde, en mai 1945, on la retrouve à Berlin, au milieu des décombres, entourée de ses enfants. Ces deux anecdotes sont le fondement d’une quête qui retrace presque deux siècles et demi d’une chronique à la fois familiale et historique. Commencé en Autriche à la mort de Mozart, en 1791, tandis que la France où je verrai le jour est en pleine ébullition révolutionnaire, ce roman met tour à tour en scène six générations de la famille dont je suis issu. Balayant une Mitteleuropa en perpétuelle évolution, il tâche de rendre hommage à ceux dont l’histoire n’a pas retenu les noms, mais qu’elle a tout de même embarqués dans ses bouleversements. Et, en ces temps où la situation des migrants n’a jamais été aussi controversée, il a aussi pour volonté de remettre dans nos cœurs les péripéties modestes et singulières de nos origines.

T.B

De même qu’on prétend que quelques poignées de mains à peine nous séparent de gens vivant aux antipodes, sans doute ne faudrait-il pas grimper bien haut dans nos arbres généalogiques pour nous découvrir à tous ce qu’on a coutume d’appeler des « origines étrangères ». Et quelle plus belle occasion, pour un écrivain, d’accomplir ce grand projet romanesque qui consiste à rappeler que ce sont les individus qui écrivent l’histoire autant que l’histoire qui façonne les individus ?

Présentation

Lecture d'un extrait

Nombre de pages : 560

Format : 153 x 235

Prix : 24,00 €

Date de parution : 19/08/2020

Dorothée Janin

Dorothée JANIN, Paris, 2020

Dorothée Janin a publié

La vie sur terre
(Denoël, 2007, sélection du prix de Flore),


Mickey Mouse Rosenberger et autres égarés
(Denoël, 2010, sélection du prix Goncourt de la nouvelle).

Depuis des centaines de millénaires, Christmas Island était restée totalement coupée du monde. Mais, après avoir servi de mine de phosphate, puis être devenue célèbre pour le spectacle extraordinaire de la transhumance de ses cinquante millions de crabes rouges, l’île abrite désormais, au coeur de la jungle, un centre de détention pour demandeurs d’asile jugés indésirables par l’Australie. Année après année, la présence humaine et la rupture de son isolement ont perturbé son écosystème de manière irréversible : ce microcosme étrange se transforme en laboratoire des catastrophes qui bouleversent la planète.

Lorsqu’il s’y installe avec son père, le narrateur est bien loin de ces considérations. Adolescent obnubilé par le corps des femmes, la peur du ridicule et la honte d’être soi, il est surtout tourmenté par l’image que se feront de lui les autres jeunes gens – les filles en particulier. Pourtant, si son père a été appelé sur Christmas Island, c’est précisément pour tenter d’endiguer une invasion de fourmis qui détruit la faune locale. Mais que pèsent les angoisses collectives lorsqu’on explore l’amour, le sexe, l’amitié, et que l’on rencontre l’homme magnétique qui changera votre vie ?

Dans la chaleur trouble des tropiques, le jeune homme fait son baptême du feu initiatique. Mais depuis John Donne, on sait que nul homme n’est une île. Si Christmas Island elle-même s’est fait rattraper par l’inexorable marche du monde, comment lui pourrait-il y échapper ?

Présentation

Lecture d'un extrait

Nombre de pages : 208

Format : 135 x 215

Prix : 18,00 €

Date de parution : 19/08/2020

Éloïse Lièvre

éloïse LIÈVRE, PARIS, 2020

Éloïse Lièvre est écrivain et professeur.


Elle a notamment publié Les gens heureux n’ont pas d’histoire
(Lattès, 2016).

Pendant trois ans, j’ai pris en photo les gens qui lisent dans le métro, parce que j’avais besoin d’un projet et d’un geste fort dans ma vie pour affronter une situation personnelle banale mais difficile, ma séparation d’avec le père de mes enfants, et une situation collective de violence sociale.

Ce texte est le récit de cette « aventure », à la fois petite sociologie impromptue de la lecture en milieux urbains et souterrains, histoire intime d’une femme qui (re)découvre la liberté et, au confluent des deux, réflexion sur la place du livre dans nos vies, hymne à cet objet magique dont j’ai voulu montrer le caractère politique.

Présentation

Lecture d'un extrait

 

Nombre de pages : 300

Format : 135 x 215

Prix : 19,00 €

Date de parution : 19/08/2020

Barbara Cassin

de l’Académie française

cassin

Barbara Cassin, chercheuse au CNRS, est philosophe et philologue.

Elle est élue à l’Académie française le 3 mai 2018, devenant ainsi la neuvième femme académicienne.

Spécialiste de philosophie grecque, elle travaille sur ce que peuvent les mots.

Les imprévus de l’existence, souvent des choses très banales, un mot d’enfant, une histoire que ma mère m’a racontée pour voir mes yeux quand elle me peignait, les mots d’accueil d’un homme, une phrase, toujours une phrase : voilà que cela cristallise et génère un bout de savoir d’un autre ordre, quelque chose comme un concept, une idée philosophique. Comment procède-t-on parfois, de manière imprévue et précise, comme autoritaire, de la vie à la pensée ?

Un souvenir m’a suffi pour comprendre ce que je voulais capter. Passant à côté de Samuel, mon fils tout petit qui s’accrochait au radiateur pour tenir debout devant le mur en miroirs, je lui dis : « Toi, tu pues, tu as fait dans ta culotte. » Il me répond distinctement : « Non, maman. » Puis il se tourne face aux miroirs et dit : « Menteur ! » Qu’est-ce qui s’invente là de la vérité, qui fait qu’elle ne sera plus unique ni majuscule ? La Vérité avec un grand V ? Très peu pour moi. Comment l’exiger ou même la désirer ? De l’anecdote à l’idée. Voilà ce que j’essaie de cerner dans cette autobiographie philosophique. Elle s’est faite en parlant à mon autre fils, Victor.

Je me souviens, je ne me souviens pas. Il y a tant de charme, mais aussi tant de ruse dans ce dont on choisit de se souvenir. Ces phrases sont comme des noms propres, elles titrent les souvenirs. Quand j’en parle, quand je parle, je comprends pourquoi et comment elles m’ont fait vivre-et-penser. Si dures soient-elles parfois, elles donnent accès à la tonalité du bonheur.

Présentation

Lecture d'un extrait

Nombre de pages : 200

Format : 135 x 215

Prix : 19,00 €

Date de parution : 26/08/2020

Ottessa Moshfegh

Moshfegh - author photo - credit Jake Belcher - 9.19.19 - cleared for world rights

Ottessa Moshfegh est une écrivaine américaine, auteure de Mon année de repos et de détente (Fayard, 2019), best-seller du New York Times ; 

Eileen (Fayard, 2016 ; LGF, 2018), récompensé par le prix PEN/Hemingway, finaliste du Man Booker Prize et du National Book Critics Circle Award ; McGlue, lauréat du Fence Modern Prize et du Believer Book Award ; 

et de Nostalgie d’un autre monde, distingué parmi les livres de l’année par la New York Times Book Review. Ses nouvelles ont été publiées dans The New Yorker, Granta et The Paris Review, et ont été notamment récompensées par le Pushcart Prize, le O. Henry Award et le Plimpton Prize.

Les héros de Nostalgie d’un autre monde ont tous un point commun : ils ont pris un mauvais virage. Certains sont séparés ou divorcés, d’autres sont au chômage, endettés, en conflit avec leur famille. Instables, pétris de défauts et d’incertitudes, ils expérimentent le désir, l’obsession, la solitude, l’amour et l’échec, tout en aspirant à se reconnecter au monde qui les entoure. Dans « Élévation », Ottessa Moshfegh brosse le portrait d’une jeune professeure aux habitudes révoltantes. « M. Wu » est un vieux voyeur esseulé qui prend son courage à deux mains pour aborder la femme nichée au creux de tous ses fantasmes. « Un monde meilleur » découvre une petite fille convaincue qu’elle vient d’un autre monde et doit tuer quelqu’un pour pouvoir y retourner – or se présente un jour la victime parfaite… Émaillées de situations tantôt cocasses tantôt désarçonnantes, les quatorze nouvelles qui composent le recueil d’Ottessa Moshfegh mettent en scène avec brio les tourments d’une cohorte de personnages marginaux, fantasques, étonnants. Dans un style subversif, implacable, mais toujours avec un soupçon de tendresse, Ottessa Moshfegh se place en fine observatrice de notre société et des êtres qui peuplent notre monde en archipel.

Traduit de l’anglais (États-Unis) par Clément Baude

Interview de l'auteure par Vintage

Lecture d'un extrait

 

 

Nombre de pages : 320

Format : 135 x 215

Prix  : 21,50 €

Date de parution : 19/08/2020

Les désirs comme désordre

Quatorze écrivains parlent du désir. Après le moment « Me too », dans une société post-Weinstein, post-Polanski, post-Matzneff, comment penser cet élan, tumultueux et vital, ce qu’il engendre ou bien entraîne ? Dans notre monde fracturé où tout est à la fois plus chaotique et plus conditionné, comment comprendre ces désordres ?

Et qui mieux que des romanciers pour en saisir les enjeux politiques ou intimes, en explorer les ambivalences, les tensions, la beauté ?

Lecture d'un extrait

 

 

Nombre de pages : 250

Format : 135 x 215

Prix : 19,00 €

Date de parution : 16/09/2020

Booklet

BOOKLET

Découvrez le catalogue complet de la Rentrée Littéraire
pdf

Pour nous contacter, accédez au formulaire de contact.

BLOGUEURS ET INFLUENCEURS

Florian Madisclaire
fmadisclaire@editions-fayard.fr

 

RELATIONS PRESSE

Clémence Gueudré
cgueudre@editions-fayard.fr

 

RELATIONS LIBRAIRES ET SALONS

Laurent Bertail
01 45 49 79 77
lbertail@editions-fayard.fr

Romain Fournier
01 45 49 82 15
rfournier@editions-fayard.fr