Désiré Nisard

Jeune journaliste républicain, Désiré Nisard (1806-1888) participe aux journées de Juillet et combat sur les barricades. Il est nommé pour quelque temps chef de cabinet du ministre de l'Instruction publique.Dès 1832,déçu par le gouvernement de Louis-Philippe, il passe dans le camp des libéraux dont le principal organe est le National fondé par le républicain Armand Carrel, Adolphe Thiers et Mignet. C'est en 1833 qu'il opère un premier retournement : après avoir paru engagé dans la cause du Romantisme, il s'indigne de la décadence de la littérature de son époque et part en guerre contre les partisans de la « littérature facile ». Il dénonce indirectement ses dangers à travers ses Études de moeurs et de critique sur les poètes latins de la décadence (1834). On reconnaît Lamartine derrière la figure de Stace et Hugo derrière celle de Lucain. Après le journalisme, il embrasse la carrière de professeur qui le portera jusqu'au sommet des institutions nationales (l'Académie française, dont il gagne un fauteuil en 1850 contre son ennemi Alfred de Musset), grâce à un opportunisme certain.En 1835, Guizot le nomme maître de conférences à l'École normale. Il occupera la chaire d'Histoire et de Littérature française jusqu'en 1844. L'année suivante, il est nommé chef du secrétariat au ministère de l'Instruction publique. Désormais, il représente toute l'autorité sorbonnonarde que pourra abhorrer et railler Jules Janin (1804-1874), journaliste et critique dramatique. En 1837, il entreprend une édition des classiques latins qui comptera vingt-sept volumes : Collection des auteurs latins, avec la traduction en français (1837-1847). Successeur de Burnouf au Collège de France, il occupe la chaire d'éloquence latine jusqu'en 1867. En 1848, la République de février brise sa carrière de député ministériel (conservateur), mais le laisse poursuivre sa trajectoire universitaire. Il aura pesé de tout son poids pour un enseignement académique de la littérature latine et classique (la célébration du XVIIe dans son Histoire de la littérature française), et marqué ainsi des générations d'étudiants de la Troisième République.