Oulipo

L’Oulipo, acronyme d’Ouvroir de Littérature Potentielle, a été fondé le 24 novembre 1960, par François Le Lionnais, Raymond Queneau. L’Ouvroir réunit des écrivains, des mathématiciens, des érudits, tous à la recherche de nouvelles formes poétiques ou romanesques. Quand il réunissait à l’origine une douzaine de membres, il en compte aujourd’hui trente-cinq, en comptant les membres « excusés pour cause de décès ». Se réunissant régulièrement pour travailler, les oulipiens ont deux objectifs principaux : expérimenter des contraintes littéraires nouvelles, et rechercher les « plagiaires par anticipation » de l’Oulipo et de sa démarche.

L’Oulipo publie régulièrement ses travaux dans sa collection la Bibliothèque oulipienne, tirée à 150 exemplaires, et en a rassemblé les cent premiers fascicules dans les volumes La Bibliothèque oulipienne, tomes I et II (Ramsay, 1987), La Bibliothèque oulipienne, tome III (Seghers, 1990), La Bibliothèque oulipienne, tomes IV à VII  (Castor Astral, 1997/2000/2003/2008).
Par ailleurs, l’Oulipo publie sous son nom des ouvrages théoriques et/ou anthologiques. Citons la Littérature potentielle (Gallimard, 1973), l’Atlas de littérature potentielle (Gallimard, 1980), l’Abrégé de littérature potentielle (Mille et une nuits, 2002), Maudits (Mille et une nuits, 2003), Moments oulipiens (Castor Astral, 2004), L'Oulipo en pièces détachées (Mille et une nuits, 2007), et L’Oulipo : Anthologie (Gallimard, 2008).