Professeur d'histoire à l'université Saint-Joseph de Beyrouth et éditorialiste à An-Nahar, prestigieux quotidien libanais, Samir Kassir a été assassiné en 2005 dans un attentat à la voiture piégée. Après des études de philosophie à la Sorbonne, il obtient, en 1990, un doctorat en histoire moderne. Journaliste engagé, opposant à la présence syrienne au Liban, il participe en 2004 à la fondation du Mouvement de la gauche démocratique. Exemple parfait du bi-culturalisme libanais, maniant aussi bien la plume en arabe qu'en français, il a été, toute sa vie durant, un ardent défenseur de la cause palestinienne et de l'installation de véritables démocraties au Liban et en Syrie.   Samir Kassir a collaboré à la publication d'Itinéraire de Paris à Jérusalem (Minuit, 1993). Il est par ailleurs l'auteur de La Guerre du Liban (Khartala, 1994) et, plus récemment, d'une Histoire de Beyrouth (Fayard, 2003), de Considérations sur le malheur arabe (Sinbad, 2004) et de Liban : un printemps inachevé (Actes Sud, 2006).photo : © Wissam Moussa