Après le succès de son premier roman, La nuit des calligraphes (Fayard, 2004), traduit en treize langues et couronné par le Prix de la découverte Prince Pierre de Monaco, le Prix Cavour (Italie), et le Prix Kadmos (Liban), Yasmine Ghata a publié Le târ de mon père (Fayard, 2007) qui, de l'avis de tous, confirmait son talent.