On en parle...

« La mort est ma servante, livre terrifiant et magnifique est d’abord une adresse à l’ami disparu, une façon d’honorer ce rendez-vous différé depuis huit ans. (…) Le récit des jours passés là, des combattants déterminés à tenir ce réduit, décrit par Perrin sans l’obscénité d’un quelconque pathos, est d’une justesse telle que la réalité de la guerre y apparaît comme exacerbée, hallucinée. » Olivier Mony – Livres Hebdo du 4 octobre 2013

 

« Perrin écrit magnifiquement, alors que la nuit tombe sur le Moyen-Orient et que se profilent à l’horizon les grands cimeterres sous la lune. » Etienne de Montety – Le Figaro littéraire du 14 novembre 2013

 

« Tout livre de cette force repose sur une solide expérience et un profond tourment. (…) À lire, absolument, avant d’afficher une certitude. » Jean-Paul Mari – Le Nouvel Observateur du 28 novembre 2013

 

« Un récit puisé à l’école du terrain. » Régis Le Sommier – Paris Match du 28 novembre 2013

 

« L’écriture de Perrin, déliée et talentueuse, s’accompagne d’une authentique modestie d’auteur. (…)La force de ce témoignage, construit au fil d’années de patients reportages, c’est de nous accompagner dans la descente aux enfers de la Syrie des Assad. » Jean-Pierre Filiu – Rue 89 du 7 novembre 2013

 

« C’est du reportage, du vrai, que nous donne à lire Jean-Pierre Perrin, grand reporter à Libération, dans ce livre-témoigange sur l’horrible guerre qui déchire la Syrie depuis près de deux ans et demi. » La Revue de Décembre 2013